Retour Newsletters

retour Accueil

 

L’association

Les projets en cours

Newsletters

Nous aider

Nous contacter

 

La session de formation des filles en février 2007

Accès à la lettre détaillée

 

151 jeunes filles de 9 à 12 ans venues d’une trentaine de villages, formées pendant trois jours à ce qui nous semble évident en Europe

1. Hygiène corporelle

« Ce qui m’empêche d’être propre : manque d’une bonne éducation ; la paresse ; la pauvreté : manque de moyens pour acheter du savon ; quand on est issu d’une famille sale »

2. Hygiène de l’environnement

« Ce qui m’empêche de rendre propre mon environnement : manque de propreté soi-même ; la paresse, manque de courage pour balayer. Quand tu es issue d’une famille nombreuse et tu es la seule à entretenir ton environnement propre finalement tu laisses tomber ; quand on vide l’eau n’importe où et on fait ses besoins dans la nature »

3. Conséquences du mariage précoces et maladies transmissibles

« - Pourquoi les jeunes filles se marient-elles si tôt ?  Parfois c’est la fille qui demande à se marier mais le plus souvent c’est la faute aux parents. Même si elle refuse, les parents s’imposent et elle ne peut rien faire. A cause de l’argent, ils obligent leurs filles à se marier. Il les donne en mariage forcé. En cas de refus elles seront battues, insultées et parfois renvoyées de la maison.

- Le développement précoce de l’adolescente amène les parents à les marier rapidement pour éviter les enfants non désirés avant le mariage.

- La rivalité des familles : lorsque la voisine marie sa fille cela amène les autres à faire de même. La jalousie de voir la fille de la voisine donner en mariage, la maman veut aussi qu’on épouse sa fille.

- Les tricheries des filles : la nuit, soi disant qu’elle va faire ses besoins dans la nature, la fille trompe ses parents et va voir le jeune qu’elle aime. »

4. Droits et devoirs de la jeune mariée dans le foyer

5. Liberté dans le choix du conjoint et économie familiale

 

 

 

Espoir Niger est une association loi 1901 déclarée à la préfecture des Hauts de Seine. Parution au Journal Officiel du 3 décembre 2005, référence 1682.